Extension M

olivier olindo architecte extension

Le projet présenté ici consiste en l’agrandissement d’une maison individuelle dans un quartier très résidentielle regroupant plusieurs maisons du même type datant des années 1970. Le programme consistait à créer une vraie entrée orientée au bon endroit vis à vis de l’entrée du terrain, à ce jour en partie arrière du terrain, une nouvelle cuisine, un espace bureau et surtout une deuxième salle de bain et une troisième chambre.

Située dans la zone résidentielle de Boissise-le Roi en Seine-et-Marne.Maisons-Laffitte, cette maison individuelle très caractéristique de son époque, pierre apparente et de plein pied, ne pouvait pas être surélevée structurellement et ce n’était pas la volonté afin de rester discret vis à vis des voisins. Dès lors de fortes contraintes d’esthétisme, renforcées par la très grande unité architecturale au sein du quartier,  pesaient sur le projet pour rester discret vis à vis de la forme, du positionnement et de son aspect.

olivier olindo architecte extensionolivier olindo architecte extension

Inscrit au sein d’un ensemble résidentiel de maisons dont aucune n’a subi de modification visible depuis les années 1970, le projet se devait d’être à la fois respectueux de l’ensemble et suffisamment ambitieux pour permettre un agrandissement du logement, devenu trop étroit pour cette famille de quatre personnes dont deux enfants. Ces contraintes ont guidé ma démarche vers un projet à la fois discret et fluide, venant se glisser dans le bâti préexistant.

olivier olindo architecte extensionolivier olindo architecte extension

 

Il s’agissait tout d’abord d’obtenir la plus grande simplicité visuelle possible en jouant sur un agrandissement à la fois visible mais s’intégrant parfaitement dans ce terrain très végétal. Le choix d’une extension sous la forme de deux volumes recouvert d’un bardage bois qui se patinera au fil du temps,  répondait à cette volonté de « cacher » mon travail.

olivier olindo architecte extensionolivier olindo architecte extension

 

Dans cette logique, l’intérieur de cette maison devait subir une modification lourde et visible pour revoir toute le distribution intérieure : l’ensemble des cloisons furent détruites, la cuisine fut déplacer vers l’extérieur afin de créer ce premier cube, l’entrée et l’espace bureau agrandissant le salon fut glisser à l’extérieur afin de former ce deuxième volume. Ces deux nouveaux volumes ne se touchant pas, un jardin d’été pris forme par le vide entre ces deux volumes, un vide comme un troisième volume, une troisième extension.

olivier olindo architecte extensionolivier olindo architecte extension

 

 

Néanmoins, il s’agissait de donner de la présence à ces nouveaux espaces et de les inscrire dans la continuité d’un nouvel existant se voulant avoir toujours exister : le choix de créer un espace nuit et un espace jour, mais aussi d’avoir un double volume dans le nouveau salon pour le mettre en lumière, une salle à manger plus basse pour séparer des espaces dans un espace ouvert. On a gardé les pierres de façade comme crédence dans la nouvelle cuisine, tout cela participe à créer ou recréer ce lien entre nouveau espace et maison existante.

olivier olindo architecte extensionolivier olindo architecte extensionolivier olindo architecte extension

Enfin, il s’agissait de créer un espace fluide dans ses nouveaux usages, les chambres d’enfants avec leur salle de bain, une suite parentale répondant aux nouvelles contraintes d’aujourd’hui, des volumes simples pour différentier les fonctions, une nouvelle entrée et un coin bureau fermés et ouverts sur le salon mai surtout vers le jardin.

olivier olindo architecte extension

Aujourd’hui, on peut voir l’évolution du bardage qui permet une homogénéité avec la pierre de la maison existante grâce à la patine du bois.

olivier olindo architecte extension

olivier olindo architecte extension